La maison hantée de la danse

photo: lucie germon

La Maison Hantee de la Danse est un projet d’occupation par nos corps dansants d’une usine désaffectée vouée, sans doute, à la destruction. Ce lieu, dont l’histoire nous était totalement inconnue, nous a permis de visiter, de façon subjective, notre propre rapport à l’histoire de  la danse. Nous l’avons fantasmé comme une maison hantée par la présence des figures marquantes de la danse, dans ce qu’elles ont pu impressionner nos propres mémoires, nos propres corps, avec des images, des souvenirs, alimentés par nos formations respectives. Par notre présence éphémère, nous avons également voulu habiter cet espace, dans un moment intense de son existence. Envahi par la nature, investi par des squatters, visité par des artistes y ayant laissé leur marque, il se délabre doucement. Qu’en est-il de l’histoire qu’il a abritée, de l’activité industrielle et des travailleurs qui l’ont occupé des années durant ? Nous faisons partie des témoins des derniers jours de ces murs, en même temps que nous leur donnons vie. Nous profitons de ce lieu en transition, où les corps, les regards, les voix, ont encore la liberté d’explorer, de s’exprimer, de se détruire aussi, de disparaître peut-être, où les conduites n’y sont pas dictées, codifiées, où rien n’est produit, rien n’est à vendre, à acheter, à consommer. With The Haunted House of the Dance we explored a gorgeous abandoned warehouse on an old military base in Rennes, destined to be torn down to make way for the cities shiniest new suburb, La Courrouze.  In it’s dilapidated state we were unaware of the building’s original function but intrigued by how alive it felt in this in-between time. The squatters who occupied it, artist’s work overlapping artist’s work, the vines creeping in through the cracks in the walls, all claiming this building as their own, for now.   Imagining that we were traversing the history of dance, each room representing a different period, each haunted by someone who has left their mark in the dance world, the public wandered in and around and through this ephemeral performance.

 photos: Bruno Quiguer

La Maison hantée de la danse, performance du 5 juillet 2010, La Courrouze, Rennes Performeuses: Lucie Germon, Lenaig Le Yeuc’h, Fanny Paris, Amanda Wooden   La Courrouze, 5 juillet 2010 est une vidéo retraçant le  parcours d’un visiteur de La maison hantée de la danse. Cette vidéo, prise par Gille Pensart et montée par C’est Par Où la danse? a été projetée lors du festival Wanted de l’Elaboratoire, friche artsitique rennaise. http://elaboratoire.eu.org/accueil.php http://elaboratoire.eu.org/accueil.php ————————————————————————————————————————————- La Courrouze, 5 juillet 2010 http://vimeo.com/36101416 http://vimeo.com/36101416 Image : Gilles Pensart / Montage : C’est par où la danse ? Durée : 15 min

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: